Seuls

Quand des enfants découvrent que tous les adultes de leur entourage ont disparu pendant la nuit, il y a de quoi paniquer ! Les héros de Seuls, une série jeunesse publiée dans l’hebdomadaire Spirou mais qui aborde des thèmes plutôt adultes, vont choisir de prendre leur vie en main et chercher à comprendre les raisons de cette disparition collective...

Un jour, dans une cité nommée Forville, cinq enfants constatent à leur réveil qu’ils sont désormais les seuls habitants. Tous les adultes ont disparu sans donner signe de vie. Sont-ils morts ? Ont-ils été frappés par un mal mystérieux ? L’heure n’est pas aux spéculations : il faut agir. S’organiser et mettre en commun les énergies pour faire face à cette situation étrange, lourde de menaces et de dangers. Bientôt, ils s’aperçoivent qu’ils ne sont pas seuls. D’autres jeunes se trouvent dans la même situation. Mais tous ne sont pas animés par de bonnes intentions. Et leur leader, Saul, fasciné par les idées d’Hitler, semble décidé à affirmer sa mainmise sur les membres de son groupe...

Entre fantastique et récit initiatique

Seuls est une saga née dans l’hebdomadaire Spirou en 2006, écrite par Fabien Vehlmann (l’actuel scénariste de Spirou et Fantasio) et dessinée par Bruno Gazzotti dans le plus pur style « franco-belge » classique. Destinée à un jeune lectorat et, de ce fait, rarement mise en valeur par les médias, la série a pourtant trouvé son public et affirmé son succès. Située au croisement de genres variés tels que le fantastique, le polar, l’aventure et le récit initiatique, elle a su s’imposer par son originalité et par son ton moderne, perceptible à travers les dialogues et le vocabulaire très contemporain utilisé par les différents personnages, sans jamais tomber pour autant dans le piège du racolage ou de la démagogie.

Destinée à un jeune public, la série prend le parti d’aborder des thèmes plutôt adultes comme le Mal, les interrogations sur le recours à la violence ou la question de l’autorité. Et les réactions des lecteurs ne sont pas toujours celles auxquelles les auteurs peuvent s’attendre : lors de rencontres organisées avec des élèves de classes élémentaires, Vehlmann et Gazzotti ont parfois eu la surprise de constater que Saul était le personnage préféré de bon nombre d’entre eux. Peut-être en raison de notre fascination à tous pour les « méchants », ou parce qu’il incarne une forme d’autorité rassurante. Adapté au cinéma en février 2017, Seuls est une série qui témoigne de la capacité de la bande dessinée jeunesse à renouveler ses thèmes.

Suite du résumé